4 décembre 2015

chaussons de patates douces

Ce week-end à l'Atelier d'Art était organisé un convivial "déjeuner d'artistes", chacun apportant quelque chose à grignoter et à partager. 
C'est un chouette moment de partage, pas seulement gustatif, puisque habituellement, même si l'on se voit, se croise, concentrés sur notre travail, nous ne papotons pas trop, alors là, on s'est bien rattrapé, des heures à parler de tout et de rien, en bonne compagnie.
Le buffet regorgeait de bonnes choses, souvent faites maison.
Personnellement, parce que je suis plutôt "bec salé", mais aussi parce que par expérience je sais que les gens ont toujours tendance à privilégier les gâteaux et autres tartes sucrées, j'ai posé sur la table un panier de petits chaussons de patates douces tout chauds, sortant du four.
Franc succès, ils sont partis en un rien de temps recevant moult compliments, ce dont j'étais assurée car cette recette est un de mes grands classiques.


Au delà du plaisir gustatif qu'elle procure, ce que j'aime dans cette recette, c'est qu'elle se congèle à merveille. Du coup, j'en prépare toujours une bonne grosse quantité afin d'en avoir toujours au congélateur. Si vous êtes pressé ou n'avez pas assez de pâte, vous pouvez congeler la farce seule, sinon, préparez les chaussons complètement et congelez les crus. Vous n'aurez plus qu'à les sortir du congélateur et à les enfournez à four bien chaud après les avoir badigeonnés d'un peu de lait ou d’œuf pour leur donner une belle teinte dorée. Pratique pour un apéro improvisé mais que vous souhaitez un peu plus sophistiqué qu'un mix chips-cacahuètes.
Depuis que je prépare cette recette, j'ai essayé les 2 versions, nickel toutes les 2.

Idem, servis avec une belle salade, ces chaussons font un parfait dîner rapidement préparé.

CHAUSSONS DE PATATES DOUCES


Pour un énorme apéro, ou un bel apéro + un stock à congeler, il vous faut :
  • de la pâte à tarte, brisée de préférence, mais une feuilletée conviendra. Pour cette quantité de farce, je pense qu'il vous faut au moins 6 pâtes du commerce, ou mieux, une grosse quantité de pâte maison. 
  • 1 kg de patates douces (= environ 2 patates douces)
  • 100 gr de beurre demi sel
  • 2 gros oignons
  • 3 càS d'huile d'olive
  • 1 jaune d’œuf (ou du lait) = pour la dorure de la pâte
  • noix de muscade
  • sel, poivre
  • optionnel : cumin, paprika fumé ou autre épice à votre convenance
Si vous l'a faites vous même, préparez votre pâte et réservez la au réfrigérateur.

Émincer finement les oignons. (Soyez attentifs à n'avoir que des tout petits morceaux, garantis d'une mache plus agréable)
Les faire fondre dans l'huile d'olive à feu moyen à doux jusqu’à ce qu'ils soient translucides.
Saupoudrer de noix de muscade fraichement râpée, mélanger.

En parallèle, éplucher les patates douces et les couper en dés. (plus les dés seront petits, plus la cuisson sera rapide)
Les faire cuire dans de l'eau bouillante salée, jusqu'à ce que la chair soit tendre.
Égoutter, remettre dans la casserole et écraser au presse-purée ou à la fourchette.
Ajouter le beurre en morceaux puis les oignons. 
Saler et poivrer.  





 


Soit vous vous arrêtez là, soit vous vous offrez des variantes en ajoutant des épices. 

Pour cette fois ci, j'ai choisi de partager ma farce en 3 parts égales. L'une est restée nature, quand j'ai parfumé la seconde d'une cuillère à café de cumin et la troisième d'une 1/2 cuillère à café de paprika fumé. 
Libre à vous, fonction de vos goûts et de ce que vous avez dans vos placards de décliner cette recette à l'infini. Cela dit, n'hésitez pas à la garder nature, elle est déjà délicieuse.






Préchauffer le four à 200°C. 
Couvrir des plaques de four de papier sulfurisé.

Étaler la pâte finement et découper des cercles à l'aide d'un emporte-pièce.. 

Personnellement j'utilise des moules à pâte achetés il y a des lustres, 3 francs 6 sous sur un marché, au Maroc ou en Inde, je ne sais plus trop. Depuis j'en ai vu en France, vous devriez en trouver assez facilement. Une fois le coup de main pris, ils sont pratiques et permettent une présentation plus esthétique. Faut bien le dire, ça fait boulot de pro ! Si vous n'en avez pas, cela n'a pas trop d'importance. Utilisez un emporte-pièce ou un verre pour découper la pâte, posez la farce dessus, repliez et pincez fort les bords pour une bonne adhérence. 

Voilà en explications et en images ma version avec moules. 

Le côté non cranté est un emporte pièce parfait pour la découpe. 
Ensuite, fariner légèrement le moule pour que la pâte n'y adhère pas (car sinon, c'est bien galère, et là comme vous ne gagnerez pas la bataille, croyez-en mon expérience, vous êtes bon pour balancer votre morceau de pâte. 1 fois, ça va, à la 5 ou 6ème, vous avez juste envie de foutre à la poubelle non plus la pâte, mais aussi  ces **** de moules à la c**. Alors que non, avec de la technique, ils peuvent être utiles ;-). 
Donc, on farine, on pose la pâte dessus, on mets l'équivalent d'une petite cuillère à café de farce au milieu (pas plus, parce que ça mets un peu les nerfs à rude épreuve aussi quand au moment de souder, la farce fuit partout, ou pire quand on n'arrive pas à sortir le chausson du moule pour cause de "ventre" trop gonflé qui coince), on referme le moule en pressant fort pour que les faces de la pâte adhèrent, on détache avec précaution le chausson, on le pose sur le papier sulfurisé, et hop, on recommence. 



Arrivé au bout de la farce et/ou de la pâte et/ou de votre plaisir (au bout de quelques dizaines, ça peut être lassant), badigeonner à l'aide d'un pinceau les chaussons du jaune d’œuf délayé avec un peu d'eau.  

Enfourner environ 20 mins en vérifiant bien que les chaussons dorent mais ne brulent pas. Ajuster le temps ou la température de cuisson si besoin. 

Servir chauds ou tièdes, à l'apéro, ou accompagnés d'une belle salade pour une entrée chaude ou un dîner léger. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire