3 janvier 2017

testé et approuvé, le bilan de décembre 2016

A la table des blogueurs .... ou presque !!!






3 recettes salées versus 7 sucrées, aucun doute, décembre fut ici un mois "bec sucré", en grande partie en raison de la confection de bredeles (des petits gâteaux secs alsaciens qui se conservent plusieurs semaines dans une boite en fer et se déclinent en une multitude de recettes) pour les paniers gourmands que nous avons offerts à Noël. 

Et alors, qu'est-ce que nous avons mangé ? 

En salé : 
  1. Vol au vent tofu fumé, châtaigne et champignon
  2. Bonbons de pruneaux farcis au foie gras
  3. Tarama

En sucré : 

2 essais de brioche car je tâtonne encore dans la maîtrise de la brioche et n'ai pas trouvé celle toute filante et moelleuse dont je rêve du PdJ au goûter, des bredeles et d'autres douceurs.
  1. brownies au kasha et amandes
  2. brioche légère au levain
  3. brioche tourbillon
  4. biscuits croquants aux amandes
  5. brunsli
  6. vanillekipferl
  7. le meilleur pain d'épices




 

 

*Quand j'ai vu la photo du vol au vent tofu fumé, châtaigne et champignon, de La gourmandise selon Angie, j'ai tout de suite eu envie de la tester. Par curiosité pour cette version 100% végétarienne, par gourmandise aussi car l'association de ces 3 ingrédients me tentait sacrément.

 http://www.la-gourmandise-selon-angie.com/archives/2015/12/20/33088307.html

J'ai un peu trainé à l'essayer parce que je n'avais pas de croute en pâte feuilletée, et puis j'ai fini par contourner ce frein en habillant l'intérieur d'un moule avec de la pâte. Je vous conseille de le faire dans un moule silicone qui va vous permettre après cuisson un démoulage facile en forme de nid. A l'inverse, et comme je m'y attendais, dans un moule en terre, je ne suis pas parvenue à le démouler correctement (mais on peut le manger dedans, pas de souci).
Pas de lait de soja utilisé mais le lait d'avoine entamé, et farine de châtaigne pour s'accorder aux châtaignes utilisées. J'ai même doublé la quantité de farine car j'ai eu du mal à faire épaissir ma "béchamel", mais eu final, je pense que c'était une petite erreur. La préparation tofu/châtaigne/champignon boit beaucoup la sauce, qui du coup gagne à être un peu liquide et en quantité.

Malgré cela, nous nous sommes régalés des saveurs très automnales de ce vol au vent. Même chéri-chéri, réfractaire au tofu (que j'avais du coup coupé en tout petits dés) a vraiment bien aimé, étonnamment, peut-être même plus que moi d'ailleurs. Accompagné d'une salade de mâche, l'association était parfaite.

 

 

* En amuse bouche pour le Réveillon de Noël, j'ai préparé des bonbons de pruneaux farcis au foie gras, recette du chef Michel Dussau dénichée sur Idéemiam.

http://www.ideemiam.com/recettes/aperos/bonbons-pruneaux-dagen-farcis-foie-gras-chef-michel-dussau.html

Il s'agit de pruneaux marinés au vin rouge épicé, farcis d'une compotée d'oignons rouges et de foie gras puis emballés dans une pâte feuilletée qui simule le papier d'emballage du bonbon. Le tout est fri à l'huile quelques minutes avant de servir. L'étape friture m'inquiétait un peu, en fait, cela transforme la pâte en quelque chose d'aérien et très croustillant qui vient sublimer le moelleux intérieur.

J'en ai servi un par personne, posé sur un peu de la compotée d'oignon proposée dans la recette. Le résultat est sublime, très raffiné, subtil.

Il faut un peu de temps et pas mal de préparation, mais le résultat en vaut vraiment la peine. Par contre, les quantités annoncées dans la recette d'origine m'ont semblée assez folkloriques. J'avais un doute à la lecture des ingrédients, cela s'est confirmé à la réalisation. A moins d'avoir des mégas gros pruneaux, je ne vois pas comment on peut y introduire 20gr de foie gras (ça fait déjà un sacré beau morceau) + de la compotée d'oignons . Et quand bien même vous trouveriez de tels pruneaux, je vous défie alors de les faire rentrer dans des rectangles de pâte de 8 cm X 6 cm.
Perso, avec des pruneaux standard mais de belle taille, je n'ai pas utilisé la moitié du foie gras préconisé, et c'était parfait ainsi en goût.

Il n'était pas précisé si cela se mangeait froid ou chaud, j'ai opté pour le chaud (ce qui explique la photo pas terrible mais prise en "urgence" avec son téléphone par mon frère appelé à la rescousse) mais pense que ces bonbons doivent être également bons froids.
Si l'un de vous essaye, vous me tiendrez au courant ?

 


* Le tarama, c'est un peu comme la mayonnaise, un coup ça marche, un coup ça ne marche pas, sans que je comprenne le pourquoi ... jusqu'à ce que je tombe un peu par hasard sur cet article de la cuisine de Bernard dans lequel celui ci raconte ses déboires en la matière (ouf, suis pas toute seule) et donne l'astuce qui rend inratable la montée en émulsion du tarama. Forcément, il me fallait vérifier ça !

http://www.lacuisinedebernard.com/2010/04/le-tarama.html

Et ça marche ! Bon ok, je n'ai essayé qu'une seule fois pour l'instant, ça peut être un coup de bol, mais je ne le crois pas. Ses explications tiennent la route, et me voilà maintenant la reine du tarama !

Et je crois bien que dans l'euphorie, j'en ai oublié de dégainer mon appareil photo, toute occupée à la dégustation ! 


* Tiens, tiens, du kasha dans et sur un brownie, voilà qui est fort intriguant et mérite un petit essai. Ni une ni 2, je pèse, je fais fondre, je touille, et hop, un brownie au kasha et aux amandes au four. Une idée originale de le book gourmand. 


 https://lebookgourmand.blogspot.fr/2015/09/brownie-au-kasha-et-aux-amandes.html?m=1

Facile à faire, et vite préparé, le brownies aurait mérité un peu de cuisson supplémentaire (cuit dans un moule silicone carré de 18 X 18) mais il ne nous a pas déçus, surtout encore tiède. Et oui, c'est à mon gout tiède qu'il est le meilleur et que l'on apprécie le plus le croquant du kasha et des amandes, s'harmonisant à merveille au goût bien prononcé du chocolat (j'ai utilisé un chocolat à 72%).
Chéri-chéri a été un peu plus critique en raison du goût "un peu de médicament"... je pense que ça nécessite une petite éducation au kasha ;-) ...mais il a adoré la texture ...
Et ma Linette qui l'a gouté plusieurs jours après (donc pas au top de sa fraicheur) l'a beaucoup aimé aussi.


 

* Sylvain a eu la grande gentillesse de me donner son robot ce qui va enfin me permettre d'explorer le fonctionnement de cet animal étrange qui semble indispensable à tant de recettes, en particulier en pâtisserie. En 1er lieu, et parce que mes rares essais se sont en général soldés par une belle grosse frustration, j'ai décidé de m'attaquer à la brioche. Et pour utiliser Toutouille (mon fidèle levain), c'est la recette des brioches légères au levain de Un déjeuner de soleil qui a été élue !


 http://www.undejeunerdesoleil.com/2011/02/brioche-au-levain-moelleuse-et-legere.html

1ère constatation, c'est vraiment chouette de voir le robot pétrir tout seul 10 bonnes minutes pendant que je bois mon café et consulte mon facebook 😋

Une belle pâte élastique qui a bien gonflé, une bonne odeur s'échappant du four pour un résultat tout en douceur mais finalement assez peu aéré et pas franchement moelleux. On est plus proche du pain brioché que de la brioche, et si je garde la recette pour accompagner un foie gras ou certains fromages, je n'ai pas là trouvé la recette de la brioche qui me séduit.

Du coup, je l'ai congelée en tranches et ressortie pour le Réveillon, cela fait un pain brioché parfait pour le foie gras. Un régal.

La quantité proposée permet de réaliser 3 grosses brioches qu'il m'a fallu cuire nettement plus d'1/2 heure (et non les 12 à 14 mins préconisées / j'utilise un four à chaleur tournante) pour obtenir une cuisson à cœur. Je pense qu'il est préférable d'en faire des briochettes individuelles.

Désolée, impossible de retrouver la photo ! 🍩

 

*  Comme je n'allais pas rester sur cette déception, je suis allée faire un tour chez Isabelle pour voir ce qu'elle avait comme recette de brioche ....et j'ai jeté mon dévolu sur sa brioche tourbillon dont la photo laisse à penser qu'elle nourrit gâte les petits bonhommes verts de Mars 👽 !

http://pourquoi-pas-isa.blogspot.fr/2012/10/brioches-tourbillon.html

Passé la frustration de se dire que la brioche que tu prépares ne pourra pas être mangée au mieux avant le lendemain (temps de pousse de la pâte, on dégaze, et on refait pousser, et ça recommence, grrrr. ), c'est chouette là encore de voir la pâte se faire toute seule (vive le robot), gonfler, dégonfler, regonfler ... bref, faut de la patience, mais pas trop de travail.
La mise en forme est toute simple et donne un résultat bluffant.
Au final, 3 brioches de belle taille, 2 au pralin, la troisième à la pâte spéculos. Toutes 3 superbes mais on a eu une nette préférence pour la version pralin, hyper gourmande.
J'ai testé la congélation, décongélation à température ambiante la nuit et légèrement tiédi au four le matin juste avant le PdJ : Bien sûr, cela ne vaut pas la fraicheur d'une brioche qui sort tout juste du four, mais franchement, ça tient la route. PdJ très gourmand assuré. 

Ce n'est pas la recette pour avoir une brioche à la pâte filante et aérée, mais on a adoré le résultat, gustativement comme esthétiquement.




* J'adore ce genre de petits biscuits croquants aux amandes, hyper fins (ce qui déculpabilise totalement d'en reprendre un voire 2 ou 3 de plus, non ?) alors en voyant à quel point ils étaient simples à préparer, j'ai décidé d'en glisser dans mes paniers gourmands de Noël. Comme souvent, c'est chez Isabelle (Pourquoi pas ? ...) que j'ai trouvé LA recette.

 http://pourquoi-pas-isa.blogspot.fr/2011/03/biscuits-croquants-aux-amandes.html

J'ai été étonnée de leur facilité de préparation tout autant que par leur temps de cuisson. Pour tout dire, je me suis dit 2 fois 10 mins pour un biscuit aussi fin, c'est pas possible, surtout à 200°. Vont finir carboniser mes mignons, mais pas d'inquiétude, je vous ai à l’œil, sortie assurée dès que je vous sens fléchir ! Et bien non, c'est bien ça, 2 fois 10 mins, une odeur divine et un résultat parfait que mon gourmand maison s'est "sacrifié" à vérifier !!!
Je les ai vite planqués dans une boite en fer, et le plus dur a été de ne pas rouvrir la boite pour qu'il en reste à offrir ;-)



* Et comme dans ma boite je voulais un bel assortiment de biscuits, j'ai fait des fournées de brunsli trouvés sur le site de référence des bredeles alsaciens, bredele.fr


https://www.bredele.fr/brunsli

Ce sont des biscuits cacao cannelle qui brillent de mille feux, comme glacés par le sucre qui les enrobe. Hyper simples à préparer, cuisson ultra rapide, ils sont "divins, croquants à l'extérieur et super moelleux à l'intérieur" dixit chéri-chéri qui prends tellement au sérieux sont rôle de gouteur, qu'il prélève directement sur la grille de refroidissement. Belle anticipation, non ? 😉

NB du 7 janvier : Plus de 2 semaines après leur cuisson, ils sont encore sublimement bons ... mais comme je viens de déguster le dernier, je ne peux vous dire combien de temps supplémentaire ils pourraient se conserver (en boite métal).



* et ensuite, quelques fournées de vanillekipferl de L'heure du cream, recette originale de Christophe Felder dont la forme cubique m'a intriguée (en principe ce sont des petits croissants) et séduite (c'est quand même plus simple que de faire des dizaines de petits croissants). Et oui, quand on a une dizaine de grosses boites à remplir, faut penser gourmandise ET optimisation du temps de la cuisinière.


http://www.heureducream.com/croissants-a-la-vanille-vanillekipferl/

Et effectivement, ils sont simples et rapides à préparer. Une jolie finition au sucre glace (j'en ai coloré une partie avec du colorant alimentaire orange pour faire une petite variante colorée dans les boites) vient poudrer le biscuit et le sucrer agréablement.

J'ai trouvé que ce biscuit mérite un peu de patience avant dégustation, il est meilleur après quelques jours, on sent mieux la vanille et les arômes tout en gardant une agréable texture en bouche.


 

* Curieuse de la promesse de Cuisinons en couleurs d'un pain d'épices annoncé comme le meilleur de tous et à la recette toute simple, je n'ai pu m'empêcher de le préparer rapidos avant notre séance ciné.


http://www.hellocoton.fr/to/1xDiW#http://www.cuisinonsencouleurs.fr/2016/12/pain-depices-meilleur-jamais.html

Préparation express avec de la farine T80, de la cassonade (à la place du sucre) et de l'anis en poudre et non en graines comme préconisé. Cuisson d'à peine 1/2 h car ça me semblait suffisant et refroidissement dans le four éteint pendant que l'on était au cinéma.

Je l'ai ensuite emmailloté dans du papier film pour 2 jours de pause, sous la désapprobation totale de chéri-chéri qui visiblement s'était déjà programmé une bonne dégustation pour son PdJ du lendemain. J'ai du quasi user de menace (genre "tu touches à ce pain d'épices avant mercredi et je ne te fais plus aucun gâteau de tout janvier" !!!) pour le préserver intact. Faut être honnête, voir ce pain d'épices nous narguer à chaque ouverture de frigo, c'est éprouvant pour des gourmands ;-)
Mais ça valait le coup d'attendre car c'est un cake tout moelleux aux saveurs de pain d'épices qui nous a ensuite régalé. Bien parfumé, pas trop sucré, et surtout très moelleux, il se conserve sans aucun souci plusieurs jours.








2 commentaires:

  1. Merci d'avoir testé une de mes recettes et à bientôt
    Bonne année 2017
    🎉🍾🍸

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonne année également et merci pour l'inspiration.

      Supprimer